Le requin du Groenland

400 ans d'esperence de vie.

* Seule espèce vivante sur Terre pouvant atteindre une telle longévité. Selon plusieurs scientifiques, océanographe, certains spécimens pourrait largement dépasser les 400 ans.

* D'où provient cette espérance de vie hors du commun ? Est-ce le faite d'évoluer dans cet environnement particulier ? Peut-être sont régime alimentaire.... Découvrez tout au long de votre visite les secrets cachés du requin le plus vieux du monde. Des révélations surprenantes concernant le requin du Groenland. 400 ans, c'est le record absolu pour un vertébré, une surprise majeure pour les zoologistes, océanographes. 

Présentation du requin 

PRÉSENTATION DU SOMNIOSUS MICROCEPHALUS

le requin du Groenland

Où vie ce requin du Groenland ?

Comme sont nom l'indique, ce requin vie principalement dans les eaux polaires de l'Atlantique Nord, du Pacifique Nord.

Le Groenland terre inhospitalière, cette immense île est un territoire danois autonome situé entre l'Atlantique Nord, l'océan Arctique. Une grande partie de sa surface est recouverte en permanence de glace.
Ce sont particulièrement ces eaux glacées qu'affectionne ce phénomène de la nature, des températures comprise entre 2 et 7 degrés lui convienne parfaitement, au-delà, il supporte mal des chaleurs supérieures à 12 degrés celsius.

Le Somniosus microcephalus évolue essentiellement à des profondeurs comprises entre 200 - 400 mètres, néanmoins, il peut brusquement plonger dans les abysses en quête de nourriture.

Ce spécimen est l'un des rares représentant de la grande famille des squales à pouvoir survivre aux eaux glacées du grand Nord Arctique. Autre fait exceptionnel, ce requin ne migre quasiment jamais, sédentaire, restant toute l'année dans ces eaux froides. Contrairement à ces congénères qui effectuent des migrations saisonnières.
Somniosus microcephalus


⇒Les déplacements.

La lenteur est bien le point spécifique qui distingue le requin du Groenland des autres congénères. Une vitesse de croisière ne dépassant guère les 1,2 km/h. Un inconvénient majeur lorsque ce requin a décidé de chasser, cependant, la laimargue atlantique est vorace.

C'est probablement pour cette même raison que le requin du Groenland n'effectue pas de migration, vivant en permanence à des profondeurs moyennes de 500 mètres, ne remontant jamais en surface. La sédentarité de ce squale est due à deux facteurs importants, sa vitesse, le fait de ne pas supporter des eaux plus chaudes.



⇒La reproduction.

Les connaissances actuelles sont principalement anecdotiques en matière de reproduction, elle sont principalement issues du savoir traditionnel compilé par des équipes d’experts. Un développement très lent de la maturité sexuelle de laimargue atlantique, on estime qu'il doit atteindre au minimum 150 ans avant de pouvoir se reproduire, cette maturité exceptionnellement tardive est probablement dû aux conditions de vie en eau froide de cette espèce constituant un danger potentiel pour leur survie.

Les rares naissances, la pêche accidentelle sont des facteurs aggravants, pouvant même mener jusqu'à l'extinction complète de ce magnifique poisson. À la naissance les juvéniles atteignent 40 centimètres, la femelle peut ainsi porter jusqu'à 10 juvénils pendant la gestation, aucune donnée sur la durée. L'on estime cependant celle-ci à 12 mois comme la plupart des requins, mais cela reste qu'une estimation. 

 

⇒Les mensurations.

Ce spécimen d'arctique peu mesuré jusqu'à 7 mètres, pesés 900kg, amènant à faire partie des plus grandissime requins de nos mers, océans, comme le requin-pèlerin, requin-baleine. Il est vraisemblablement inoffensif malgré qu'il en impose, mais un cas d'attaque lui est attribué !!

La croissance du Somniosus microcephalus est d'environ 1 centimètre par an, croissance très lente pour un requin, c'est peut-être l'une des raisons de sa longévité. Difficile de constater une corrélation entre développement et longévité.



⇒Le régime alimentaire.

Son régime alimentaire se compose de tout ce qui croise son chemin, ce qui peut avec le temps posé un réel problème, en effet, le développement accru qui se prépare en Arctique pourrait bien la mener à manger toutes sortes de déchets humain qui ne font pas partie de son régime alimentaire habituel.

Maintenant laimargue atlantique se nourrit essentiellement de poissons, d'autres espèces de squale, phoque, crabes, oursin, même de mammifères terrestres qui se retrouvent parfois dans l'eau. La lenteur de ce requin est un handicap certain, la capture de proies est majoritairement dû à la chance. Néanmoins cet appétit féroce peu lui jouer parfois de mauvais tour, c'est le cas d'un de ces spécimens qui s'est étouffé en tentant d'avaler un morceau de caribou.



⇒Le requin et l'homme.

Les attaques recensées contre des humains sont presque inexistantes, plusieurs facteurs expliquant ce phénomène, premièrement la profondeur, la température auxquelles évolue cet animal. Le deuxième est évidemment, sa vitesse de déplacement. Pour ces deux raisons, l'on dénombre qu'une seul attaque mortelle, celle-ci à été rapporté sans être confirmé, sur des Inuits en navigant en kayak. 

La pêche et ces répercutions sur l'espèce. À l’heure actuelle aucune information à ce sujet, l’effort de recherche vise à recueillir des renseignements cepeandant il devient indispensable de mener une campagne rapidement afin d'évaluer l’impact des pêcheries et autres activités humaines sur le requin du Groenland, et surtout, c’est par elle que nous trouverons [eut-être les moyens de réduire ou éliminer ces impacts.




⇒La longévité

L'espérance de vie de cette sorte de requin restait jusqu'à aujourd'hui l'un des grands mystères. Il a fallu attendre que des scientifiques se penchent réellement sur le phénomène. Une équipe internationale a en effet inauguré une méthode originale pour déterminer l'âge de ces sélaciens. Les chercheurs ont analysé les rapports isotopiques du carbone dans le cristallin, connu notamment en archéologie sous la technique du carbone 14.

Cette méthode n'est pourtant pratiquée qu'en zoologie, celle-ci mesure généralement des temps bien plus longs que l'espérance de vie animale. D'après ces même scientifiques une estimation de la durabilité de ce poisson pourrait aller de 270 à 390 ans. Résultat d'autant plut difficile à obtenir du fait que cette espèce est dépourvu de structure osseuse qui permettrait d'évaluer avec précision leur âge. 

Les scientifiques sont actuellement en train d'essayer de séquencer le génome du requin du Groenland, dans le but découvrir le secret de cette longévité hors norme.


Une autre méthode de calcul ne faisant pas l'unanimité.

Celle-ci consiste à prendre la croissance moyenne annuelle de ce poisson et de la multiplier par la taille du spécimen en question. Pour exemple, prenons un mâle de 5 mètres de longueur, sachant qu'a la naissance il mesure environ 40 centimètres, ayant une croissance d' 1,5 centimètre/an, cela nous ramènerait à un âge approximatif de 306 ans.

Cependant, on dispose que de peu de renseignements sur le Somniosus microcephalus, peu d'études étant réalisées, la difficulté à croiser un requin du Groenland et peut être un facteur à prendre en considération, car, toutes les données disponibles se croisent et n'apportent pas véritablement d'informations supplémentaires sur la laimargue atlantique. À l’heure actuelle, l’effort de recherche vise à recueillir des renseignements de base, mais est-ce que cela sera suffisant pour le maintien de l'espèce ?

Découvrez d'autres espèces troublantes de requins, apprenez-en d'avantage sur ces magnifiques poissons. Une description limpide ment plus détaillée, disponible par variété sur nos pages spéciales.

Vous souhaitez participer ? N'hésitez pas à nous faire parvenir, photos, témoignages, anecdote sur notre blogue dédié à ces magnifiques poissons millénaires.

Réagissez, osez, soutenez, commenter sur les réseaux sociaux afin d'apporter votre pierre à l'édifice, mieux connaître les requins, c'est aussi les protéger.
LE REQUIN EST AUSSI SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX
©2017/2018 -  copyright REQUINSQUALE.com/Le requin du groenland